Paroles de A chaque ligne

1995

pochette album A chaque ligne
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour A chaque ligne

(refrain:)
A chaque ligne un nouveau flow, un nouveau départ
Une nouvelle histoire, un nouveau rêve, un nouveau cauchemar
A chaque ligne on s’disperse ouais, laisse-les gazer
A chaque ligne on s’dit « j’perce » mais ça n’reste que du papier

(alpha wann)
À chaque ligne j’essaie d’écrire un live
The bitch et tous mes cinglés me disent « flingue-les »
Mais j’taffe au fried chicken die
Je file mais je reste au grade de rimeurs
J’époustoufle les bougs, les pousse tous sans un gab’ de videur
A chaque ligne j’me demande si ça va marcher
Devant leurs clashs lâches de naze qui n’me toûchent pas
Je n’me mouille pas comme un mec qui ne sait pas nager
A les entendre tous ces escrocs veulent vivre ?
J’ai les ches-po vides mais à chaque ligne fat ou vide
J’taffe rime et m’active, mon égo me dit d’tuer

(refrain)

(nekfeu)
Parfois j’me mens même quand j’suis sincère
C’est p’t’être que j’sais pas qui j’suis
On vit dans un cercle et ils voudraient qu’on s’insère
Mais ça c’est pas dans mon programme, j’reste pas sur la ligne
J’suis qu’un hologramme, mes potos clamsent mais j’rassure la mif’
Et j’assure la dif’ pour qu’mes tire-au-flanc kiffent
J’m’active et chaque ligne est un tir offensif
J’suis qu’un minot pensif avec mes textes qui tuent dans la poche
A chaque ligne t’as mes testicules dans la gorge
Mec si tu vends la drogue belek à tes côtes
T’as fennek à té-cô même si tu prends la porte
T’inquiète, c’est pour mes srabs et ça l’fr’a
C’est facile : à chaque ligne c’est pour mekhra et malfrat (s-crew)
Qui taffent des phases de barges, parlent de cash et de ‘tasses

Passent le cap de l’âge en gardant la rage et ?
En parlant de rap j’ai le talent rare à la tribe called quest
Pas d’compét’, chaque ligne y a des pails qu’on baise
Posse trop speed, c’est 1.9.9.5. et zoxea aussi
J’aurais pu faire des crimes pour du ‘gent-‘gent
Ma team vous tue franch’ment
Mon rap est un métro : à chaque ligne y a du changement

(refrain)

(sneazzy)
À chaque ligne j’parle de pèze, de tèce et de fesses
Des textes qui puent la défaite
J’laisse le rêve où je perce de côté
Dégoûté car j’flaire des verbes de merde
Faible quand j’parle de la zeb je gerbe et j’emmerde ma verve écoutez
J’suis jamais sérieux dans mes vers en effet ma vérité est enmée-fer
Demande à mes frères : sneazzy est endetté
Han - j’prends - parfois la grosse tête mais j’fais sem-blant
J’suis comme ça juste dans mes textes
J’m’invente des biatch, des riads
C’est uniqu’ment pour la frime
J’consomme pillave et cigares c’est juste pour faire le mec street
Et parfois je chante, ouais j’tente pour la flambe
J’suis qu’un homme donc quand j’frôle la mort parfois je tremble
Les types ricanent lorsque j’esquisse gimmicks
Mais c’n’est qu’un trip lyrical et les mcs m’immitent

(zoxea)
Ouais, à chaque rime j’ai l’intention d’faire kiffer
À chaque ligne t’as l’impression qu’j’ai sniffé
Dans ma black team y aussi des whites donc elle est tisse-mé
On t’fait l’amour comme barry white sur un beat rythmé
Qui t’met la pression depuis 1.9.9.5. ?
Zilizo alors on dit quoi d’neuf zinc’ ? nada !
À part qu’mes flows les rendent fadas
Boom bada, rimes lance-pierre intifada

Les autres musiques de 1995