Paroles de A mireille

Georges Brassens

pochette album A mireille
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour A mireille

Ne tremblez pas, mais je dois le dire elle fut assassinée au couteau par
Un fichu mauvais garçon, dans sa chambre, là -bas derrière le panthéon,
Rue descartes, mourut paul verlaine.

O! oui, je l'ai bien aimée ma petite "petit verglas" à  moi si bonne
Et si douce et si triste. pourquoi sa tristesse ? je ne l'avais pas
Deviné, je ne pouvais pas le deviner.

Non, je l'ai su après tu me l'avais caché que ton père était mort sur
L'échafaud, petit verglas ! j'aurais bien le comprendre à  tes sourires.

J'aurais le deviner à  tes petits yeux, battus de sang, à  ton bleu

Regard indéfinissable, papillotant et plein de retenue.

Et moi qui avais toujours l'air de te dire " mademoiselle, voulez-vous
Partager ma statue ? " ah ! j'aurais comprendre à  tes sourires, tes
Yeux bleus battus et plein de retenue.

Et je t'appelais comme ça, le petit verglas, que c'est bête un poète !
O! petite chair transie ! moi, je l'ai su après que ton père était mort ainsi...

Pardonne-moi, petit verglas. volez, les anges !


Les autres musiques de Georges Brassens