Paroles de A trianon

Chansons Paillardes

pochette album A trianon
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour A trianon

Ca s’passait un jour à trianon,
Dans la verdure et la bruyère.
Au milieu de ses petits moutons
Lucas embrassait sa bergère.
Pendant que la chatouillait le gars,
Lisette riait à tue-tête,
Et comme la censure
En ce temps là n’existait pas,
Dans les bosquets et les taillis,
On entendait ceci :

"embrasse-moi le . . . ho ! ho !
Embrasse-moi le . . . ha ! ha !
Embrasse-moi le plus discrètement possible.
Je vais enfin toucher
Ton p’tit . . . ho ! ho !
Ton p’tit . . . ha ! ha !
Ton p’tit coeur sensible.
Ecartons les . . . ho ! ho !
Ecartons les . . . ha ! ha !
Ecartons les curieux de cet endroit paisible."

Et c’est ainsi que ça s’passait,
Tir’ la ridaine,
Tir’ la ridon,
Dans les jardins de trianon.

La marquise en les voyant s’aimer,
Jalouse, vint troubler la fête.
Elle envoya lison chez l’tripier
Chercher une chopine d’allumette.
L’enfant partit d’un pas guilleret.
Tous deux restèrent tête à tête.
Ce qui se passa
A ce moment-là,

On ne le sait pas.
Dans les bosquets et les taillis,
On entendait ceci :

"je veux un gros . . . ho ! ho !
Je veux un gros . . . ha ! ha !
Je veux un gros bouquet, petit berger volage.
Je veux que tu me le mettes au . . . ho ! ho !
Je veux que tu me le mettes au . . . ha ! ha !
Me le mettes au corsage.
Je te tiens les . . . ho ! ho !
Je te tiens les . . . ha ! ha !
Je te tiens les mains pour t’jouer à être sage."

La fillette n’trouva quand elle revint
La marquise ni l’amant frivole.
Pour mourir, elle mit sur son pain
D’la saccharine et du pétrole.
Mais voici qu’à quelques temps de là,
Lucas revint à son idole.
Ce qui se passa
A ce moment là,
On ne le dit pas.
Dans les bosquets et les taillis,
On entendait ceci :

N’m’embrasse plus le . . . ho ! ho !
N’m’embrasse plus le . . . ha ! ha !
N’m’embrasse plus le soir au son du rossignol.
Car le marquis m’a donné sa . . . ho ! ho !
Car le marquis m’a donné sa . . . ha ! ha !
M’a donné sa parole,
De m’couper les . . . ho ! ho !
De m’couper les . . . ha ! ha !
De m’couper les gages à la première gaudriolle.

Les autres musiques de Chansons Paillardes