Paroles de Acte d'amour

Jean Pierre Haga

pochette album Acte d'amour
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Acte d'amour

Acte d’amour

Un jour, sans mes parents,
Errant seul, à paris
Je marchais à pas lents
Quand soudain, je pâlis
Et sous mes yeux d’enfant,
L’univers se défit.

Il était midi trente,
Je tombais en arrêt,
Face à la dégradante
Cession de gré à gré,
D’une dame aberrante
A un homme à béret.

« combien ? » demanda-t-il.
« pour quoi ? » répondit-elle.
Et elle battit des cils,
Comme une qui décèle,
Des intentions viriles
Et des tensions vers elle.

Conclu l’accord vénal,
Ils prirent une venelle.
Moi, rasant les murs sales,
Je me suis dit : « marcel... »
C’est mon nom, c’est normal,
Mais, bon, là, je m’emmêle...

« ...marcel, donc, me disais-je,
En cachant mon visage,
Et si c’était un piège,
Tendu aux enfants sages ? »
Soif de savoir, qu’en sais-je ?
J’ai suivi le passage.

Contre un bâtiment gris,
Aux murs sales et gras,
Il y avait un abri :
Elle lui prit le bras.
Et puis, vinrent des cris,
De jouissance, je crois.

C’est ainsi que j’ai su
Que l’amour, c’était ça :
De l’argent par dessus
Et des gestes en deçà.
Alors, un peu déçu,
J’ai oublié tout ça.

Où sont donc colombine
Et juliette et les reines ?
Chassées par nos combines,
Seraient-elles en déveine ?
Puisqu’il est légitime
De payer les « je t’aime ».

Les autres musiques de Jean Pierre Haga