Paroles de An introduction to the album (traduction)

The Hotelier

pochette album An introduction to the album (traduction)
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour An introduction to the album (traduction)

Ouvre les rideaux
Des oiseaux qui chantent me disent "détruis ces édifices"
Tu mesures la chance de recevoir leur son agréable
Le son des choses qui se cassent te font sursauter intérieurement
En toi, il y a un enfant qui compte les étoiles pendant son temps libre
De la journée
Dans les coins du cadre, ils sont prisonniers
De la perte d'une partie d'eux même
Ballottée entre le flux et le reflux
Fait au revoir et regarde la s'en aller

Montre-moi la façon honnête et appropriée
Pour désarmer le regard du prédateur
Qui épuise, et qui n'est jamais rassasié
Tu as été abusé
Remplacé
Tu es court-circuité maintenant
Souviens-toi que tu m'as appelé pour venir
Prends une profonde inspiration et saute
Si fragiles sont les corps
Si concaves, travaille de façon auto-destructrice.

Tu as tiré de la hanche et la manqué
Détaché de tout
Tu demeures en des photos matérielles
Des spirales en huit
Rebuté à chaque nouveau commencement

J'ai cherché une issue
Ne le faisons-nous pas tous?
Un rappel existentialiste
Qui tourne en des dichotomies et des vérités que j'ai révélé
Je me sens faux de bien des façons
Ça ne guérit pas
Il devient plus difficile chaque jour d'être calme
De passer au travers des affres
Étourdi
Se sentant lourd
Ayant froid
Dans mes vieux vêtements
Je porte tout ce qui est léger
Les cachets que tu m'as donnés ne font pas d'effets
J'ai dormi pendant des années

Alors si j'appelle
Devrais-je supplier?
Parce que je suis désespéré ici
A quelques pas du bord
Je n'arrive pas à sembler briller suffisamment
J'ai froid et je suis délaissé
Nous sommes tous seuls
Saisis une prise
Je sais que j'ai dit de ne pas le faire. qu'est-ce que j'en sais?
J'ai eu la chance de construire quelque chose de beau et j'ai obstrué

Les autres musiques de The Hotelier