Paroles de Ballad of donald white (traduction)

Bob Dylan

pochette album Ballad of donald white (traduction)
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Ballad of donald white (traduction)

(ballade de donald white)

Mon nom est donald white, tu vois
Je me tiens devant vous tous
Je suis jugé devant vous comme un meurtrier
Et le noeuf pour me pendre doit être descendu
Je mourrai sur la potence
Quand la lune brillera pleinement
Et ce sont les derniers mots
Que je prononcerai

J'ai quitté ma maison du kansas
Quand j'étais vraiment très jeune
J'ai atteri dans le vieux nord-ouest
Seattle, washington
Bien qu'ayant traversé des kilomètres et des kilomètres
Je ne me suis jamais fait d'ami
Car je n'ai jamais su me débrouiller
Avec les gen que je rencontrais

Si j'avais eu la moindre éducation
Pour me donner un départ décent
J'aurais pu être docteur ou
Maître d'arts
Mais je me suis servi de mes mains pour voler
Quand j'étais vraiment très jeune
Et ils m'ont enfermé dans une cellule de prison
C'est ainsi que ma vie a commencé

Oh, les détenus et lesp risonniers
J'ai découvert qu'ils étaient bien mon genre
Et c'est ici, derrière les barreaux
Que j'ai trouvé la paix de l'esprit
Mais les prisons étaient bondées
Les institutions innondées
Alors ils ont changé d'avis sur mon sort
Et m'ont renvoyé sur la route emmêlée de la vie

Et il y a du danger dans l'océan
Où les vagues d'eau salée sont immenses
Et il a du danger sur les champs de bataille
Où les douilles volent
Et il a du danger dans ce monde ouvert
Où les hommes s'efforcent d'être libres
Et pour moi le plus grand des dangers

Se trouvait dans la société

Alors je leur ai demandé de me reprendre
Et de me remettre dans ma prison d'origine
Mais ils ont répondu qu'ils étaient débordés
Et qu'il n'y avait pas de place pour moi
Je me suis agenouillé et j'ai supplié
"oh je vous en prie, éloignez-moi (du monde)"
Mais ils ne voulaient pas écouter mes prières
Ni rien de ce que j'aurais pu dire

Et c'était donc la veille de noël
En 1959
C'est cette nuit-là que j'ai tué un homme
Je n'ai pas essayé de me cacher
Le jury m'a désigné coupable
Et je ne leur donne pas tort
Parce que je savais que ça arriverait
Si on ne me tenait pas éloigné

Et je suis heureux de ne pas avoir de famille
Pour prendre soin de moi ou pour pleurer
Parce qu'aujourd'hui, ils ne sauront jamais
La manière horrible dont je vais mourir
Et je suis aussi heureux de ne pas avoir d'amis
Pour ne pas me voir en disgrâce
Car ils ne verront jamais la cagoule du bourreau
S'enrouler autour de mon visage

Adieu les vieux bois du nord
Où j'avais l'habitude de me promener
Adieu les cellules bondées
Qui ont été ma maison
Adieu à vous tous
Qui pensez le pire de moi
Je suppose que vous vous sentirez bien mieux
Quand je serai accroché à l'arbre des pendus

Mais j'ai juste une dernière question
Avant qu'ils me tuent
Je me demande seulement combien
De fois je vous ai dit
A propos de tous ces garçons à errer
Le long des routes, comme moi
Sont-ils les ennemis ou les victimes
De votre société ?

Les autres musiques de Bob Dylan