Paroles de Belleville-menilmontant

Yvette Guilbert

pochette album Belleville-menilmontant
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Belleville-menilmontant

Papa c'était un lapin
Qui s'app'lait j.-b. chopin
Et qu'avait son domicile,
A bell'ville;
L' soir, avec sa p'tit famille,
I' s' baladait, en chantant,
Des hauteurs de la courtille,
A ménilmontant.

I' buvait si peu qu'un soir
On l'a r'trouvé su'l' trottoir,
Il' tait crevé bien tranquille,
A bell'ville;
On l'a mis dans d' la terr' glaise,
Pour un prix exorbitant,
Tout en haut du pèr'- lachaise,
A énilmontant.

Depuis c'est moi qu'est l' souteneur
Naturel à ma p'tit' sœur,
Qu'est l'ami' d' la p'tit' cécile,
A bell'ville;
Qu'est sout'nu' par son grand frère,
Qui s'appelle eloi constant,
Qui n'a jamais connu son père
A ménilmontant.

Ma sœur est avec eloi,
Dont la sœur est avec moi,
L'soir, su'l' boul'vard, ej' la r'file,
A bell'ville;
Comm' ça j' gagn' pas mal de braise,
Mon beau-frère en gagne autant,
Pisqu'i r'fil' ma sœur thérèse,
A ménilmontant.

L' dimanche, au lieu d'travailler,
J'mont' les môm' au poulailler,
Voir jouer l'drame ou l'vaud'ville,
A belle'ville;
Le soir, on fait ses épates,
On étal' son culbutant
Minc' des g'noux et larg' des pattes,
A ménilmontant.

C'est comm' ça qu' c'est l' vrai moyen
D'dev'nir un bon citoyen :
On grandit, sans s' fair' de bile,
A bell'ville;
On cri' :
Viv' l'indépendance !
On a l' cœur bath et content,
Et l'on nag', dans l'abondance,
A ménilmontant.

Les autres musiques de Yvette Guilbert