Paroles de Big bang théorie

1995

pochette album Big bang théorie
Voir sur Itunes

Date de parution : 31/12/2012

Durée : 0:04:01

Style : Hip Hop/Rap



sonnerie téléphone portable pour Big bang théorie
Clip vidéo

(nekfeu)

J’ai vu les pyramides qui ondulaient, le désespoir,
L’édifice triangulaire construit à la sueur des esclaves.
Si on reculait les aiguilles du temps, infini,
On verrait l’insignifiance de circuler avec les pupilles blanches,
Aveuglé par la thune, dans ma tête, le soleil et la lune sont équidistants.
Mes idées se heurtent aux limites idiomatiques,
La terre paraît ronde en équilibre hydrostatique.
Je lutterais quand ça sera l’heure et le désespoir me porte jamais on ne cessera de rayonner,
Hey yo mec, on voit toujours la lumière ancestrale des étoiles mortes.

(alpha wann)

Nique les faiseurs de fausses promesses, c’est l’début de notre suprématie
Faudra pas sucer après monsieur, j’maitrise la lumière, kaléidoscope
Prisme, hey hey, v’la s’qu’apprécie nos potes.
J’compte m’évader d’la trice-ma,
Phal et le microphone font plus de dégâts que l’illettrisme.
Sachez que j’donne le hip-hop le plus pur et du taff aux archéologues du futur.
Dans leur jeu merdique, ils pensent que c’est l’heure du verdict, ne jugez pas encore :
On est qu’à la première brique, on commence les fondations de l’empire

Si t’aimes pas tant pis, tous les contrats sont remplis.

(sneazzy)

T’auras beau chercher les portes de secours, les issues sont identiques
Et moi j’serais momifié dans des tissus givenchy.
Les générations précédentes n’ont pas su faire, c’est triste
Dans la pénombre d’une éclipse j’remarque une trombe d’adultères.
J’suis déçu de la manière par laquelle l’occidental à rendu dispensable jésus de nazareth,
J’laisserais des écrits avec ma merde, c’est décidé,
Et j’expliquerais qu’il n’y avait que des débiles sur la terre.
C’est ça que j’enseigne, faites place au seigneur,
Au meilleur, on s’voit pour vos obsèques.
J’croise tous ces cons, j’fais preuve de ruse, autour du cou j’ai l’œil d’horus,
Ils font les fous, au fond peur de m’offusquer.
Dans les toutes les assoc’, il y a toujours un traitre,
C’est qu’là j’m’inquiète, on va tous finir comme les apôtres.
Le monde court à sa perte et ce sprint touche à sa fin,
On a ken la planète, comme azraël on est tous assassins…

Les autres musiques de 1995