Paroles de Ca ne suffit pas

Judith

pochette album Ca ne suffit pas
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Ca ne suffit pas
Clip vidéo

Promesse de destin qui se chavire, ça fait plutôt sourire dans les premiers temps.
Puis l’homme sous l’emprise de ses désirs, veux –tu m’aider à gravir les marches du temps.
Plus de traversée du désert, mon manque et mon air, je ne me lasse pas de toi, plaisir de souffler sur les braises, de toucher quand même si ça brule au bout des doigts.
A quoi bon s’en cacher, je t’aime et ça ne me suffit pas, j’ai perdu d’envies et de rêves pour la première fois.
L’amour se pare pour nous éblouir, difficile de prédire ce qui nous attend.
L’idéal sous forme de souvenir, on finit par devenir, ce qu’on détestait tant.
A présent, je lis sur tes lèvres l’histoire qui s’achève et j’en perçois les premiers pas.
Le plaisir de l’âme est plus fort que l’élan du corps, on s’envisage du bout des doigts.

Pourtant rien n’a changé, on s’aimait, ça ne nous suffit pas. des nuits d’armées de remèdes face à la vie qui va.
Quand l’ombre se lève et se fait sentir, on n’peut pas retenir la marche du temps, des rires ont fait places à nos soupirs.
On n’a plus qu’à se laisser, se laisser au rang.
Merci d’avoir porter ces lignes au faces à deux traits dans ce monde pourquoi, c’est bien plus qu’une question d’heure, la chasse au bonheur que j’ai touché du bout des doigts.
Comme quoi on peut s’aimer, certes, mais parfois l’amour ça laisse un froid.
Perdue quand j’ai gouté ses lèvres pour la première fois.
Perdue quand je sais la lumière, du saut de la dernière fois.
Perdue quand je sais la nuit de notre rêve, je sais la nuit de notre rêve.

Les autres musiques de Judith