Paroles de Casses-tetes

Yves Montand

pochette album Casses-tetes
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Casses-tetes

Ils m'ont tapé sur la tête
Je ne me rappelle plus pourquoi
Ni même si ça m'a fait mal
Parce que j'en suis mort

Qu'est-ce que j'étais, déjà ?
Travailleur immigré, philosophe,
Résistant caché, dissident notoire
Ou bien animal à fourrure ?

Je m'appelais comment, déjà ?
José, abdel, argentino,
Arabica, jan patocka
Ou bien alors bébé phoque ?

Ils m'ont tapé sur la tête
Je ne me rappelle plus pourquoi
Ni même si ça m'a fait mal
Parce que j'en suis mort

M'a-t-on assommé pour mes idées
Ou pour faire de moi un manteau,
Pour de l'argent ou la couleur de ma peau ?
J'ai un bout d'os dans la mémoire

Quand leurs pieds chaussés m'ont cerné
Etais-je allongé dans des draps
Ou bien couché sur la banquise
Ou est-ce que je sortais d'un café ?

Je suis mort dans la rue de l'ouest
Sur la glace du nord ou chez les flics de l'est
Ou dans la pampa des casquettes
A coups de triques noires

Est-ce que je rêve de vengeance,
De têtes policières éclatées,
De tête de chasseurs sanglantes,
De têtes de racistes en purée ?

Ou bien est-ce que je vois des têtes
Emerveillées d'elles-mêmes
Emerveillées de leur dedans
Et se découvrant nouveau monde ?

Je suis mort, répondez pour moi !
Je m'appelais jan patocka
Argentin et bébé phoque arabe
Maintenant... Ça me revient !

Les autres musiques de Yves Montand