Paroles de Ce jour là... à paris

Isabelle Aubret

pochette album Ce jour là... à paris
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Ce jour là... à paris

Les beaux souvenirs, dieu merci, ça vous suit à la ronde
Je suis sûr qu'en ce moment-ci, à l'autre bout du monde
Devant un verre de whisky, y a un gars qui raconte
Écoute ça, c'est comme ça, ce jour-là...

La seine flânait dans son lit
Le printemps rôdait sur la seine
Notre-dame sonnait midi
A paris, à paris, à paris
Le ciel des beaux jours avait pris
Le drapeau d'azur pour emblème
Devant les passants tout surpris
A paris, à paris, à paris

Sur un air de valse, des morceaux de ciel
Dansaient, dansaient dans l'eau
Et, dans ce miroir, son sourire irréel
Brillait comme un flambeau

Les moineaux de l'île saint-louis
Me soufflaient des vers de verlaine
Mais nos yeux parlaient mieux que lui
A paris, à paris, à paris

Mais à paris, tout s'envole au son d' l'accordéon
Et les images sur l'eau se noient dans un frisson
Y a trop d'oiseaux étourdis par la même chanson
Et voilà, c'est pourquoi ce jour-là...

La seine flânait dans son lit
L'automne rôdait sur la seine
Notre-dame sonnait midi
A paris, à paris, à paris
Le ciel de novembre avait mis
De l'or dans le gris des persiennes
Devant les passants tout surpris
A paris, à paris, à paris

Sur un air de valse, la brise éperdue
Tournait, tournait, tournait
Le parfum volage des bonheurs perdus
Volait, volait, volait

Les moineaux de l'île saint-louis
Me soufflaient des vers de verlaine
Mais mon cœur pleurait mieux que lui
Mon chéri, mon chéri, mon chéri
A paris, à paris, à paris

Les autres musiques de Isabelle Aubret