Paroles de Chanson de la pierre

Chansons Paillardes

pochette album Chanson de la pierre
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Chanson de la pierre

Je fais le trottoir rue de la lune,
Je taille une plume pour un écu, pour un écu,
Dans c’métier-là, pour faire fortune,
Il faut savoir jouer du cul.

Fous-la au lit, fous-la par terre,
Fous-la là ousque tu voudras,
Soit par devant, soit par derrière,
Jamais la garce ne jouira.

Avec des marlous de bas étage,
Je fais une noce à tout casser,
Et c’qui m’étonne, c’est qu’à mon âge,
Je puisse encore les faire bander.

Au coin du faubourg poissonnière,
Quand un miché me fait de l’oeil,
Il faut me voir pimpante et fière,
Jamais putain n’eut plus d’orgueil.

Il m’fout sur le lit, il m’prend, il m’baise
Et pendant qu’il s’esquinte à jouir

Moi je fais la chasse aux punaises
Afin de pouvoir la nuit dormir.

J’en suis encore tout esquintée
L’avait-il gros ce vieux paillard !
J’ai bien cru que j’étais éclatée
Tandis qu’il m’enfonçait son dard.

Il aurait pu m’la foutre dans le ventre
J’aurais bien pu ne rien sentir
Mais quand c’est dans le cul que ça vous rentre,
Bordel de dieu, ça fait souffrir !

Je vous le dis en confidence,
Les hommes, c’est pas ça qu’il nous faut
Ca nous procure trop peu de jouissance
Pour tout le mal que ça nous vaut.

Un vrai vagin, c’est autre chose
On suce, on y fait mille horreurs,
Et on termine par feuille de rose,
Que c’est un vrai bouquet de fleurs.

Les autres musiques de Chansons Paillardes