Paroles de Courir derriere

Louis Chedid

pochette album Courir derriere
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Courir derriere

Tu croises des gens qui dorment dehors,
Sous des cartons d'emballage.
En bas des hôtels tout confort.
Gaz, électricité à tous les étages.
Tu donnes des sous par ci, par là,
Un emplâtre sur une jambe de bois.
Tu voudrais faire plus, mais faire quoi ?
A part de dire :
Mais où va-t-on comme ça ?

Courir derrière des bouts de papier.
Quel gaspillage quand on y pense !
Perdre sa vie à la gagner,
Courir en dépit du bons sens.
Vendre ses nuits, vendre ses jours,
Pour quelques francs bien trop lourds.
Courir derrière des bouts de papier.
A peine le temps d'exister.
Courir derrière, courir derrière.

Argent pourri jusqu'à la moelle.
Quand est-ce que ce train déraille ?
Comment faire un trou dans la toile
Qu'a tissée cette mygale ?
Mais encore trop de chiffres dans nos têtes,
Encore trop de prix sur des tas d'étiquettes.
Faire quelque chose mais faire quoi ?

A part de dire :
Mais où va-t-on comme ça ?

Courir derrière des bouts de papier.
Quel gaspillage quand on y pense !
Perdre sa vie à la gagner,
Courir en dépit du bon sens.
Vendre ses nuits, vendre ses jours,
Pour quelques francs bien trop lourds.
Courir derrière des bouts de papier.
A peine le temps d'exister.

Des mailles, des mailles, encore des mailles,
Pris dans la toile.
Déraille, déraille, déraille, déraille,
Quand est-ce que ce train déraille ?

Courir derrière des bouts de papier.
Quel gaspillage quand on y pense !
Perdre sa vie à la gagner,
Courir en dépit du bon sens.
Vendre ses nuits, vendre ses jours,
Pour quelques francs bien trop lourds.
Courir derrière des bouts de papier.
A peine le temps d'exister.

Courir derrière…

Les autres musiques de Louis Chedid