Paroles de Cruelle berceuse

Théodore Botrel

pochette album Cruelle berceuse
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Cruelle berceuse

1. la pauvre veuve en sa chaumière
À son petit chantait tout bas :
"le flot déjà m'a pris ton frère
Il l'aimait trop : ne l'aime pas !"

R. berce, disait la mer perverse
Serre-le bien dans tes deux bras !
Berce, berce,
Berce ton gars !
Berce, berce,
Berce ton gars !

2. lorsque la mer était très douce
Le petit gars lui murmurait :
"espère un peu je serai mousse ;
Dès mes douze ans je partirai ! …"

R. rêve, disait le vent de grève
Rêve au beau jour où tu fuiras,
Rêve, rêve,
Rêve mon gars !
Rêve, rêve,
Rêve mon gars !

3. lorsque la mer était mauvaise
Le petit gâs à demi nu
Chantait, debout sur la falaise,
Le front tourné vers l'inconnu …

R. chante, disait la mer méchante,
Chante aussi fort que tu pourras
Chante, chante,
Chante mon gâs !
Chante, chante,
Chante mon gâs !

4. un jour enfin la pauvre veuve
A vu partir son dernier-né …
S'en est allé vers terre-neuve
Comme jadis son frère aîné !

R. danse ! le flot roule en cadence !
Jusqu'à ta mort tu danseras
Danse, danse,
Danse mon gâs !
Danse, danse,
Danse mon gâs !

5. son gâs parti, la pauvre femme
L'espère en vain depuis un an
En maudissant la mer infâme
Qui lui répond en ricanant :

R. "pleure ! gémis ! hurle à cette heure :
J'ai, mieux que toi, serré mes bras !
Pleure, pleure
Pleure tes gâs !
Pleure, pleure
Pleure tes gâs !"

Les autres musiques de Théodore Botrel