Paroles de Des comme lui

Lynda Lemay

pochette album Des comme lui
Voir sur Itunes

Date de parution : 03/11/2008

Durée : 0:06:32

Style : French Pop



sonnerie téléphone portable pour Des comme lui
Clip vidéo

Je le reçois chez nous,
Comme si de rien n'était,
Et j'embrasse ses joues,
Comme s'il le méritait.
Je le traite comme si,
Je n'savais rien du tout.
Je cache mon mépris.
Je masque mon dégout.
Puis je souffle à son lobe :
"donnez moi votre manteau"
Et dans la garde robe,
Je le place comme il faut.
Et je lui offre à boire,
Comme à toute la famille,
Je lui dis de s'asseoir,
Comme pour être gentille.
Alors il est bien là,
Au cœur du réveillon,
Avec maman, papa,
Mes sœurs et leurs fistons..
Et puis y'a les cousines,
Et puis y'a les plus vieux,
Et puis y'a leurs copines,
Et de lointains neveux.

Et dire que des comme lui,
Ailleurs on les punit,
C'est faiseurs de délits,
C'est défaiseurs de lits,
Qui s'attaquent au petits,
Qui menacent les nôtres,
Dès l'âge des barbies,
Dès l'âge des chaises haute..

Je suis là que je l'accueil,
Ce sale prédateur,
J'm'assure d'l'avoir à l'œil,
Chaque minute de chaque heure.
Et je n'suis jamais loin,
Quand il part au p'tit coin,
Je compte les gamins,
Je surveille et je crains,
D'avoir baissé les yeux,
Juste le temps qu'une fillette,
Se frappe au vieux monsieur,
En allant aux toilettes.
Et j'apprends à mon fils,
A pas devenir proie,
Et je fais la police,
Mais je ne l'appel pas.
Je purge une sentence,
De trente ans de silence,
Depuis les confidences,
De mon amie d'enfance,
Qui m'a décrit mon oncle,
Dans ses moments de rûte,
Elle tremblait de honte,
Elle me répétait d'chut !
Elle m'a tant suppliait,
De n'le dire à personne
Qu'alors moi j'ai jurer,
Et revoilà cette homme.
Encore dans mon espace,
Bien assis dans ma chaise,
Personne ne sait ce qu'il se passe,
Ou ceux qui le savent se taise..

Et dire qu'y'a des comme lui,

Que l'on jette en prison,
Qui se prennent de jolies,
Et brutal corrections.
Pourtant lui est ici,
Dans ma propre maison,
Et je lui offre un whisky,
Avec des p'tits glaçons.

Et dire que des comme lui,
Ailleurs on les punis,
Ils passent menottés,
Penauds à la télé.
Et tout le monde s'en réjouit,
En ce soir de noël,
Et mon amie m'appelle,
Et dès qu'il sera partit..
J'la recevrait chez nous,
Comme depuis tout le temps,
J'embrasserai ses joues,
Elle le mérite tant !

Il y a tant de comme elle,
Toujours en thérapie.
Il y a tant de comme lui,
Qu'on ne voit pas aux nouvelles.
Et moi comme d'autre moi,
J'accepte sa visite,
Il est un hors la loi,
Je suis une hypocrite,
Coincée entre un silence,
Où sommeil ma famille,
Et l'éternelle souffrance,
De ma vieille amie d'fille..

Il ressort de chez nous,
Comme si de rien n'était.
Tout souriant et tout soul,
Il n'a même pas d'regrets.
Je masque mon dégout,
Et j'attends mon amie,
Qui au départ du loup,
Vient me rejoindre ici.
Un peu comme une brebis,
A p'tits pas dans la neige,
Qui a peur, qui se protège,
Encore de l'ennemie.

Et dire que des comme lui,
Y'en a pleins les maisons,
Pleins les messes de minuit,
Et pleins les réveillons.

J'entends des p'tits chaussons,
Qui glissent derrière moi.
J'me r'tourne y'a mon garçon,
Dans son p'tit pyjama.
Il vient me dire bonne nuit,
J'lui dit : " tu dormais pas ?"
Et je vois mon amie,
Avoir un grand coup d'froid..
Et moi dans un frisson,
Qui n'en finira plus,
Je vois un p'tit camion,
Que je n'avais pas vu.
Dans sa main toute menue,
Sur son cœur innocent,
Ma promesse tenue,
Ma chère amie, je n'la tient plus maintenant..

Les autres musiques de Lynda Lemay