Paroles de Deux étrangers

Jean Patrick Capdevielle

pochette album Deux étrangers
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Deux étrangers

Je danse en marche arrière, toi, t'es sous les lumières.
Personne parle d'hier près du fleuve.
Pas besoin d'excuses, y'a que le temps qui s'use.
C'est plus l'heure des ruses, même toutes neuves.
T'as posé ton front sur mon épaule.
J'entends plus les camions qui nous frôlent.
Ça sert à quoi tout ça? Ça sert à rien tu crois.

Deux étrangers dans la ville, deux ombres un peu trop
Fragiles
Au bout d'un jour qui bat, qui bat.
Deux vies dans la nuit qui file, deux larmes en trop sur tes
Cils
Et mes yeux malgré moi qui voient pas plus loin que toi.

T'as choisi ma fièvre, moi, la peur sur tes lèvres
Sur ton cœur en grève, mes mots pleuvent.
T'as dansé pour moi nue dans tes draps.
J'inventais tes cris du bout des doigts.
Ça sert à quoi tout ça? Ça sert à rien tu crois.

Deux étrangers dans la ville, deux ombres un peu trop
Fragiles
Au bout d'un jour qui bat, qui bat.
Deux vies dans la nuit qui file, deux larmes en trop sur tes
Cils
Et mes yeux malgré moi qui voient
Pas plus loin que toi, pas plus loin que toi.
Pas plus loin que toi, pas plus loin que toi.

Les autres musiques de Jean Patrick Capdevielle