Paroles de Enfant d'une epoque

Hk & Les Saltimbanks

pochette album Enfant d'une epoque
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Enfant d'une epoque

Acte i
1976, année du dragon (eliott)
Devine qui débarque à roubaix, pour de bon
Bibi le biboy! un soir de pleine lune
La cigogne me parachute sans bagages, sans habits et sans thune
A c't'époque bob marley dansait encore
En france giscard perpétuait la peine de mort
Moi j'était c'qu'on appelait un fils d'étranger
Comme disait fernand renaud: "on venait manger le pain des français"
Mon pére était marchand d'fruits et légumes, forain
Pour moi c'était le plus grand, des plus grand comédiens
Il montait sur scéne chaque jour à 6 heures du mat'
Ya jamais eu de césar, il f'zait p'tet pas assez d'audimat
Dans son costume: tablier bleu, casquette
Derriere son étal, il nous f'zait son numero d'claquettes
Son public, ses clients kiffaient
Un kilo d'tomates les prix d'entrée (pas cher)

Rien a changé, depuis le jour ou j'ai su parler
"maman steuplé, met moi un bon vieu bob marley"
Rien a changé, depuis l'époque de la "one love nation"
Peace, unity, love & havin'fun

Acte ii
Mes super héros d'enfance: "marvel comics"
Renaissaint toujours de leurs cendres comme le phoenix
Captain américa, plus fort que les méchants barbares
Les allemends, les russes, les indiens, les arabes, les chinois, les noirs, les japonais
Plus tard, adolescent, mon idole c'était malcom x
Lui qui avait défié l'oncle sam "by any means"
Et zebda chantait "ça va pas etre possible"
Moi, des boites de nuit, j'ai jamais connu qu'la porte et l'vigile
J'ai appris à écrire loin des bancs de l'école
A l'heure des cours d'français, j'était sur le terrain de basket-ball
On révait tous de s'appeler mickael jordan
On y croyait dur comme fer "i believe i can fly"

Derriere chez moi, chaque soir c'était la coupe du monde
"france-algérie" "clandos-reste du monde"
Des matchs de foot qui durait 5-6 plombes
Pour qu'on s'arrête il fallait au moin qu'la nuit tombe
On jouait là au milieu des blocs
Là haut, à leurs fenétres,nos supporters de choc
Au début les voisins trouvait ça sympathique
Trois heures et trois carreaux cassés plus tard, ils appelaient les flics

Rien a changé, depuis le jour ou j'ai su parler
"maman steuplé, met moi un bon vieu bob marley"
Rien a changé, depuis l'époque de la "one love nation"
Peace, unity, love & havin'fun

Acte iii
Et v'la qu'un jour le hip-hop débarque sur notre planète
A roubaix, tous les mômes de mon age sont tombés sur la téte
Break dance, thomas, moi, j'dansais comme un robot
Grande gueule, petits bras, j'ai plutôt choisis le micro
Raconter des histoires, c'est tout c'que j'savais faire
Sur le devant de la scéne, j'kiffait à m'la jouer gangster
Mon stylo bic, mon révolver
Mon micro, zarma, "un lance missile nucléaire"
Saltimbank, c'est devenus mon métier
J'en profite conscient qu'ici bas on n'fait tous que passer
J'raconte c'que j'vois, j'vis c'que j'raconte
Témoin d'une époquepas banale, ou seuls les résultats comptent
J'suis un chanteur, un comédien comme le daron
Tout fini comme ça a commencé; l'histoire à du bon
Et quand ma tchote vient me voir en concert
ça m'rappelle quand j'était minot au marché avec mon pére

Rien a changé, depuis le jour ou j'ai su parler
"maman steuplé, met moi un bon vieu bob marley"
Rien a changé, depuis l'époque de la "one love nation"
Peace, unity, love & havin'fun

Les autres musiques de Hk & Les Saltimbanks