Paroles de Entre myosotis et pavot

Claude Besson

pochette album Entre myosotis et pavot
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Entre myosotis et pavot

Toi tu sais que l'océan
Gronde mille fois par an
Moi je sais bien que les champs
Ne donnent rien sans tourments.
Toi tu vis de l'océan
Moi des faveurs du printemps
Nous sommes de quelque part
ça se lit sur nos regards.

Il y'en a qui n'ont pas de pays
Qui ne veulent pas de ce fardeau
Chacun est libre et chacun choisit
Entre myosotis et pavot.
Mais ceux-là qui n'ont pas de pays
Quand ils s'envoleront tout là-haut
N'auront pas ce coin de paradis
Pour y déposer leurs os.

Quand tu jettes ton filet
Tu sais bien où le jeter
Quand je vais semer mon blé
Je sais bien où le semer.
Toi tu vis de l'océan
Moi du hasard des printemps
Nous sommes de quelque part
ça se lit sur nos regards.

Il y'en a qui n'ont pas de pays
Qui ne veulent pas de ce fardeau
Chacun est libre et chacun choisit
Entre myosotis et pavot.
Mais ceux-là qui n'ont pas de pays
Quand ils s'envoleront tout là-haut
N'auront pas ce coin de paradis
Pour y déposer leurs os.

Toi tu pleures l'étendue
Qui remplissait ton filet
Moi je pleure mon talus
Qui chaque année fleurissait.
Mais le progrès qui s'en vient
N'effacera pas demain
La marque sur nos regards
Celle qui vient de quelque part

Il y'en a qui n'ont pas de pays
Qui ne veulent pas de ce fardeau
Chacun est libre et chacun choisit
Entre myosotis et pavot.
Mais ceux-là qui n'ont pas de pays
Quand ils s'envoleront tout là-haut
N'auront pas ce coin de paradis
Pour y déposer leurs os.
(bis)

Les autres musiques de Claude Besson