Paroles de Escamillo

Marcel Amont

pochette album Escamillo
Voir sur Itunes

Date de parution : 21/03/2011

Durée : 0:03:48

Style : French Pop



sonnerie téléphone portable pour Escamillo

(parlé:)
Voici l'histoire du célèbre toréador escamillo,
Telle qu'elle m'a été racontée par un beau soir d'été
-un beau soir d'été où il y avait beaucoup d' mouches !-
Dans un petit village de la sierra morena

Escamillo, o, o
Torero de fuego, de fuego, de fuego…
De fuego –on s'y croirait !-
Olé tu padré ! y olé tu madré !
Y olé toda la familia !
De fuego, de fuego, de fuego…

Escamillo, torero, torero, torero, torero
Torero de quoi ?
(- de fuego !)
Ah, oui ! euh, merci !
De fuego

Version française :
C'était un grand toréro d'espagne
Qui n'avait jamais vu qu'un taureau
Un charmant taureau venu de cerdagne
Un gentil taureau, doux comme un agneau

Pourtant, malgré vingt ans de patience
Le toréro pouvait pas l' tuer
La foule, à chaque fois, lui faisant confiance
Se disait "cette fois, il va y arriver !"

Escamillo, ho, ho ! escamillo, ho, ho !
Sous les yeux des belles madrilènes
Entrait dans l'arène
Escamillo, oh, oh ! escamillo, oh, oh !
Sans se perdre dans les détails,
S' mettait au travail

Comme il n' savait pas écarter
C'était l' taureau qui l'évitait
La foule criait d'admiration
L' taureau saluait sous l'ovation

Escamillo, ho, ho ! escamillo, ho, ho !
C'est lui le roi de la corrida
Dans toute l'españa
Anda !
Olé !

Secundo couplet ! anda !
Escamillo, o, o
(bzzzzz !)
Sale moustique !

Version française :
De l'andalousie à la cerdagne
Chacun voulut voir escamillo
Partout le public des villes et campagnes
Voulut applaudir le grand toréro
Si bien qu'on organisa sans peine
À madrid une grande corrida
Le grand escamillo reçut dans l'arène
Un taureau furieux qu'était haut comme ça !

Esca
Accomplit à en perdre haleine
Douze tours d'arène
Sentit l' taureau sans plus d' façon
Lécher ses talons
Puis, par une lente ascension,
Il grignotait son pantalon
Quand il arriva au caleçon
-vers la fin, ça devient nettement une chanson, hummm, olé-olé, n'est-ce pas !-
Quand il arriva au caleçon
Les femmes crièrent d'admiration
"enlevez-le ! enlevez-le !
Mais non ! pas le taureau, eh ! le caleç… !"
Voilà ! oh ! escamillo
Escamillo !
Ce fut le roi de la corrida
Dans toute l'españa
Anda ! olé !
Bravo ! bravo !

Les autres musiques de Marcel Amont