Paroles de Fallait nous voir

Ayenalem

pochette album Fallait nous voir
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Fallait nous voir
Clip vidéo

Que ceux qui disent qu’le rap n’est pas d’la musique essaient de rapper
Fallait nous voir avant d’parler
J’entends que c’est ni de l’art ni de la littérature
Fallait voir les combats qu’il y’a sous nos ratures

J’t’écris ces quelques lignes, comme une bouteille à la mer
J’t’envoi ces quelques signes comme un appel à l’amour
Sourire à la vie, en gros c’est dire « merde » à la mort
On arrêtera le temps, on changera le ton des clameurs amères

Larguons les amarres, levons l’encre, je la fais couler
On sera cool et calmes, d’amour, d’eau fraîche on va se saouler
Ces cons nous connaissent pas mais prennent le temps d’nous théoriser
Comprennent que l’homme docile souvent c’est l’homme terrorisé

Fallait nous voir aux antipodes de la mode
Aux frontières de l’amour, autant d’humeurs que d’humour
Raccourcis et détours, des raisons et des torts, des croyants, des menteurs
Des ennemis, des mentors…merde on est tout ça…

On connaît bien la crise cette conne intemporelle
C’est pas la nôtre c’est celle des banques mais ils nous changent en catins pour elles
Alors c’est quoi l’histoire ? est ce qu’on l’apprend ou est ce qu’on l’écrit nous mêmes ?
On laisse tous une trace et des larmes dans les yeux de nos mères.

Que ceux qui disent qu’le rap n’est pas d’la musique essaient de rapper
Fallait nous voir avant d’parler
J’entends que c’est ni de l’art ni de la littérature
Fallait voir les combats qu’il y’a sous nos ratures

A la sueur de nos mains les cravates se remplissent les poches
On se torcherait bien avec leurs billets mauves en pissant sur leurs porsches
Mais bon on reste calmes, fallait nous voir gueuler en silence
Dur de fermer les yeux quand la rétine est pleine de ciment

Il était temps que nos esprits s’évadent, que nos regards s’évitent
Qu’on se casse et vite, ne gratte pas mes poches, c’est vide
Y’a de la pluie sur mes vitres, banlieue nord, d’la poussière sur mes titres
On change le plomb en or, et le dingue en norme
Apprend de l’autre sans reproduire, j’me construis sans être produit
T’as pas su nous écouter, fallait nous voir
Si tu penses que notre amour va trop vite, c’est de mon âme sœur dont tu parles
Surveille tes mots, tu vas me toucher, évite…

Avant d’habiller la plume de son linceul
Si ça doit être le dernier, qu’il n’en reste pas qu’un seul
Testament rapologique, pourtant j’suis même pas né
J’regarde plus derrière moi si je cherche à voir les belles années

Les autres musiques de Ayenalem