Paroles de Frappent les vagues

Gildas Arzel

pochette album Frappent les vagues
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Frappent les vagues

Des boulots j'en ai fait, d'arrache coeur
Gardien de phare, restait ça, ou ailleurs
J'ai fait tous les bars le dernier soir
Rendez-vous dans trois semaines, au plus tard
Depuis ce matin, j'ai éteint la radio
Jeté de là-haut, ma télé, les journaux
Au rythme des brumes, la terre s'éloigne
Aussi l'amertume, l'océan me gagne

La relève est là, mais je ne descends pas

Frappent, les vagues sur le rocher
Glissent les lames sans me toucher
Frappent, les vagues à l'âme sans danger
Rien ne peut m'atteindre désormais.

A l'arrogante valse des pétroliers

Au retour ventre vide des chalutiers
Aux indécentes courses des riches voiliers
Je vois bien qu'à terre, rien ne changera jamais

Frappent, les vagues sur le rocher
Glissent les lames sans me toucher
Frappent, les vagues à l'âme sans danger
Rien ne peut m'atteindre désormais.

Et si demain, tu veux, solitaire à deux
On aura jamais eu aussi peu besoin d'eux

Frappent, les vagues sur le rocher
Glissent les lames sans nous toucher
Frappent, les vagues à l'âme sans danger
Rien ne peut nous atteindre désormais
A jamais

Les autres musiques de Gildas Arzel