Paroles de Germain

Jean Pierre Haga

pochette album Germain
Voir sur Itunes

sonnerie téléphone portable pour Germain

Il s’appelait monsieur germain.
Pour moi, c’était le père fouettard
Il enseignait en cm1
Et me traitait de sale moutard.

Moi qui n’y comprenais que dalle
Pourquoi roland, à roncevaux,
A perdu, malgré durandal
Et tous ses hommes et ses chevaux.
Et puis, quand donc un train qui part,
A treize heures huit, va rencontrer
Un autre qui a du retard
Et qui lambine pour rentrer.

Parfois sadique, monsieur germain
Nous enfilait des bonnets d’âne
Puis il nous envoyait au coin
Tout en nous abreuvant de vannes :
Qu’on finirait hommes de main,
Truands, voleurs ou bien vandales,
Poètes, artistes ou assassins
Et on se prenait des mandales.

Monsieur germain nous assénait
Des compléments d’objet direct,
Des subjonctifs de l’imparfait
Et des troisièmes groupes infects.
Pour finir il nous achevait
A coup de dictées en plein cœur,
Persuadé qu’il éduquait
Il nous inculquait la rancœur.

Paraît qu’il n’y a plus maintenant
Ni de germain ni d’bonnets d’âne,
Y a même des psys bien bedonnants
Qui viennent voir les états d’âme
De nos mignons petits enfants
Les chérubins deviennent stars
L’enseignement se fait charmant
Mais pour moi, c’est déjà trop tard.

Il s’appelait monsieur germain
Il assumait trop bien son rôle
Il sévissait en cm1
Et m’a fait détester l’école.

Les autres musiques de Jean Pierre Haga