Paroles de La part des anges

Philippe Lavil

pochette album La part des anges
Voir sur Itunes

Date de parution : 20/06/2011

Durée : 0:03:37

Style : French Pop



sonnerie téléphone portable pour La part des anges

La part des anges:

Je passe du temps dans les nuages
à m'inventer des voyages
à m'en aller sans bagage aux antipodes au bout du monde
On me dit un peu rêveur
Ou nonchalant selon l'heure
Mais lorsque je vagabonde
Je me sent léger comme la vapeur

Un peu comme ces fûts de rhum
D'où s'échappent des arômes
Qui laissent un vide bien étrange
Que l'on appelle la part des anges

De ces feuilles de tabac roulées
Par des mains douces et appliquées
S'élèvent senteurs et fumées
Vers des lieux privilégiés
Qui a droit à ces saveurs
Dans quel paradis, quel ailleurs
Je veux les noms des pique-assiettes,
L'identité des profiteurs

Un peu comme ces fûts de rhum
D'où s'échappent des arômes
Qui laissent un vide bien étrange
Que l'on appelle la part des anges

Ces jolies chansons d'amour
Restées au fond d'un tiroir
J'aimerai qu'elles s'envolent un jour
Vers celles qui m'avaient fait croire
Que j'étais celui de leur vie
Le plus fidèle le plus gentil
Qu'elles me trouvaient vachement bien
Et nanani et nanana

Un peu comme ces fûts de rhum
D'où s'échappent des arômes
Qui laissent un vide bien étrange
Que l'on appelle la part des anges

Et quand se ferment les yeux
Au moment de la révérence
Certains disent qu'ils vont vers dieu
Quand d'autres parlent d'invraisemblance
Que faire de ces quelques grammes
Qui s'en vont je ne sais où
Puis-je parler du poids de l'âme
Quitte à passer pour un fou

Un peu comme ces fûts de rhum
D'où s'échappent des arômes
Qui laissent un vide bien étrange
Que l'on appelle la part des anges

(merci à nelly pour cettes paroles)
Je passe du temps dans les nuages
à m'inventer des voyages
à m'en aller sans bagage aux antipodes au bout du monde
On me dit un peu rêveur
Ou nonchalant selon l'heure
Mais lorsque je vagabonde
Je me sent léger comme la vapeur

Un peu comme ces fûts de rhum
D'où s'échappent des arômes
Qui laissent un vide bien étrange
Que l'on appelle la part des anges

De ces feuilles de tabac roulées
Par des mains douces et appliquées
S'élèvent senteurs et fumées
Vers des lieux privilégiés
Qui a droit à ces saveurs
Dans quel paradis, quel ailleurs
Je veux les noms des pique-assiettes,
L'identité des profiteurs

Un peu comme ces fûts de rhum
D'où s'échappent des arômes
Qui laissent un vide bien étrange
Que l'on appelle la part des anges

Ces jolies chansons d'amour
Restées au fond d'un tiroir
J'aimerai qu'elles s'envolent un jour
Vers celles qui m'avaient fait croire
Que j'étais celui de leur vie
Le plus fidèle le plus gentil
Qu'elles me trouvaient vachement bien
Et nanani et nanana

Un peu comme ces fûts de rhum
D'où s'échappent des arômes
Qui laissent un vide bien étrange
Que l'on appelle la part des anges

Et quand se ferment les yeux
Au moment de la révérence
Certains disent qu'ils vont vers dieu
Quand d'autres parlent d'invraisemblance
Que faire de ces quelques grammes
Qui s'en vont je ne sais où
Puis-je parler du poids de l'âme
Quitte à passer pour un fou

Un peu comme ces fûts de rhum
D'où s'échappent des arômes
Qui laissent un vide bien étrange
Que l'on appelle la part des anges

Les autres musiques de Philippe Lavil