Il testo della Affamé #5 : seul

Zamdane

pochette album Affamé #5 : seul
Vista su itunes

sonnerie téléphone portable pour Affamé #5 : seul

Paroles de la chanson affamé #5 : seul par zamdane
j'me sens seul dans ce bordel, pas d'joie sans les loves

On brasse car c'est un tracas, audimat noir dans le cortège

Chaque jour, j'me sens béni mais chaque jour, c'est un périple, ouais

Chaque jour, mes gars savourent car le passif était pénible

Et franchement, j'remercie l'ciel ; les temps changent : nos mères pleurent plus

Le rap, j'l'aime comme un enfant : j'lui donne mon temps et mes heures supp'

En tout cas, moi, j'suis pas parti, y a juste mes mains qui se salissent

J'pense à demain et j'réalise que c'qui importe, c'est le khaliss

Et partout, c'est la même merde, on casse tout sans hésiter

Y a sept ans d'âge dans la bouteille ; quand j'suis bleu, j'ai des idées

Parlons peu : j'veux qu'on m'offre une médaille et une blason d'or

Sinon j'irai braquer l'trésor, pépère, là où l'dragon dort

Attends, frère, j'prie pour les miens, dieu seul comprend c'que l'on vit

J'aime pas l'humain, c'est pas humain, j'me sens comme un squelette vite

Veulent me voir triste d'vant l'miroir mais vu qu'j'y crois, j'prends le large vite

Tu construits que dalle avec d'l'argile ; des trucs à bâtir : j'écris l'histoire

Sombre est l'histoire ; le diable, au tel', veut qu'on pactise

J'crois qu'on final, j'pourrais partir, j'me suis jamais senti chez moi

J'ai tout bravé : sentiers, chemins ; au final, c'est les mêmes schémas

Les années passent comme des semaines, les semaines meurent comme des sourires

J'me sentais bien quand j'étais un gosse mais les années passent et j'dois courir

Tous vos voyous, c'est des digimon : ils ont des armes mais un mini-zeub

Moi, j'ai d'l'amour pour ma famille, j'suis affamé, faut qu'je ramène plus d'un cachet pour les calmer, comment faire ?

Là où j'vis, plus personne ne s'prête d'importance, en effet

Moi-même, j'pense qu'à ma musique et ma conso', faut qu'je sorte de cette merde

Là-haut, j'ai des gens qui croient en moi, eux

Tous c'qu'ils voient en rose, moi, j'le vois en noir

J'm'en tape si j'plais pas au pape, le jour du jugement, c'est l'même tarot, gars

Fuck, j'dois m'élever donc je fume un joint d'la taille d'un baobab, ah

J'viens du bled, tout c'que j'dis, j'le vis, pas tout c'que j'vis j'le dis

Casquette baissée, j'rêve de briser les chaînes qui me lient

La justice, c'est une salope et t'façon, y a pas d'justice

Le monde est faux, sois pas surpris, j'me sens mieux quand ma sœur prie

Ils voulaient m'voir dans un sale état, beaucoup d'saletés dans un cœur vide

J'crois que mon dieu et son châtiment ; dans un bâtiment, j'attends qu'l'heure vienne

On donne tout comme nos darons, on dit rien comme nos daronnes

On joint l'acte à la parole, partout, c'est mort et c'est pas drôle

À bout d'effort, j'en roule un autre ; vu qu'j'ai le seum, j'en roule un pur

La rage d'un libyen qui perd tout, jamais j'm'avouerai vaincu